Littérature française : On fait parfois des vagues – Arnaud Dudek

IMG_1987

 » En 1677, le scientifique néerlandais Antoni Van Leeuwenhoek annonce à la Royal Society de Londres la découverte des spermatozoïdes humains – des cellules qui ressembleraient, précisément, à des animaux vermiformes. Trois cent huit ans plus tard, mon père souffre d’azoospermie. »

C’est à son dixième anniversaire que Nicolas Apasagi apprend que celui qui l’a éduqué et élevé n’est finalement pas son père biologique. Que doit-il faire de cette information? Comment la gérer au quotidien? A-t-elle une importante?

Année après année Nicolas voit bien que les rapports avec son père ne sont pas fluides ou innés, comme une distance entre eux deux qui aurait toujours été présente, comme si la mère de Nicolas n’était que le seul lien qui les unit.

Des années plus tard, à l’âge où se pose pour lui la question d’être père à son tour, Nicolas va sentir comme un besoin incontrôlable de connaître ou d’approcher celui grâce à qui il est sur Terre…

Dans un roman touchant, Arnaud Dudek met en lumière une paternité différente, les liens du cœur et ceux du sang.

Coup de cœur!

Chez Anne Carrière Δ Commander

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s