Littérature française : Vincent qu’on assassine – Marianne Jaeglé

IMG_7400

Le roman prend place en 1888 à Arles, là où vit Van Gogh : dans la maison jaune, il rêve que les artistes collaborent entre eux et c’est chose faite lorsque Gauguin arrive. Mais à la fin d’une dispute Vincent se tranche le lobe de l’oreille, il est admis à l’hôpital le lendemain et est soigné par le docteur Rey dont il peint le portrait. Il entre dans un asile de son plein gré et en ressort en 1890. Plus tard à Auvers il est victime d’un accident ou d’un meurtre et pour couvrir les coupables, il informe les gendarmes qu’il s’est blessé, consolidant la thèse du suicide.
J’ai aimé le livre, étant donné que l’affaire a débouché sur la thèse du suicide, ce livre remet en cause de nombreuses choses sur cette affaire.

Par Louis, élève au lycée Jean Monnet des Herbiers

Chez Folio Δ Commander

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s