Littérature française : Manifesto – Léonor de Récondo

IMG_7248

Alors Cécile lui demande : Qu’elle est la phrase importante, celle qui représente ton manifeste, ton Manifesto.

« Pour mourir libre, il faut vivre libre. »

Il y a l’appel tant redouté, décrocher et entendre ce verdict impensable : il a attrapé une infection, il ne lui reste que quelques heures. Le trajet jusqu’à l’hôpital, ce calme qui règne dans les couloirs en totale contradiction avec ce qui se passe en elle, les infirmières, les médecins qui baissent la tête, les internes, le bureau d’accueil. Et attendre. Attendre. Combien de temps? Combien d’heures? Rassurez-vous, il est sous morphine, il ne souffre pas.

Dans un échange hors du commun entre Félix, son père, et Ernest Hemingway, Léonor de Récondo nous prend par la main et nous emmène au chevet de son père pour l’accompagner jusqu’à son dernier souffle.

Entre le Pays Basque, l’Italie et la fabrication du violon destinée à sa fille, Félix raconte une partie de sa vie à « Ernesto ». La vie au village, sa mère, son amoureuse aux grandes jambes. La joie d’être père, la détresse de les perdre, ses enfants…

Léonor de Récondo nous emporte dans son univers et cela fonctionne à chaque fois. Cet ouvrage a une toute autre dimension car la narratrice porte le même nom qu’elle. Est-ce biographique? Est-ce son histoire? La plume est bien la sienne, toujours aussi douce, poétique et frappante! Je ne m’en lasse pas…

Gros coup de cœur!

Chez Sabine Wespieser éditeur Δ Commander

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s